Mon Cheminement vers Dieu

Dans ce texte, je décris les différentes étapes de mon cheminement vers Dieu. Cela commence avec la première messe à laquelle j'ai assisté. Puis viennent mon baptême et ma confirmation. Tout cela est ponctué de commentaires, de lettres et de réflexions liés à Dieu, à la foi. L'objectif de cet écrit est d'être un jour partagé pour servir de témoignage à ceux qui se demandent ce que signifie "croire en Dieu".

Sommaire

     Eglises
     Vérité Universelle
     Bilan Catholique
     Jour de mon Baptême
     Séparation d'avec Dieu
     Confirmation
     Conclusion

 

Eglises

Première messe

La première messe de ma vie à laquelle j'assiste se déroule un jeudi de l'Ascension. C'est une femme qui insiste pour que je reste alors que je fais une visite à l'église. Je dis que je ne suis pas baptisé et elle me répond que ce n'est pas grave. Je ne peux pas communier mais je bois, sans autorisation, une gorgée du sang du Christ. Au cours de la messe nous avons formé un cercle en se tenant la main et j'ai été parcouru par une sorte de courant électrique.
Les jours qui suivent je me sens incroyablement bien.

Demande de Baptême

Je décide de me faire baptiser le dimanche 1er mai 2011. Je fais ma demande. C'est le Dimanche de la Miséricorde, le premier dimanche après Pâques et la Fête du Travail. Le même jour, le Pape Jean-Paul II est béatifié et Ben Laden est éliminé.

Catéchuménat

La préparation au Baptême dure 2 ans. C'est ce qu'on appelle le Catéchuménat. Lors de mon entrée en Catéchuménat à l'église, j'ai dû citer un verset de la Bible qui illustre mon cheminement. J'ai décidé de me faire baptiser en évoquant la raison suivante : "Je crois que Jésus est vraiment Fils de Dieu et il a insufflé l'Esprit Saint dans son Eglise." La phrase de la Bible m'ayant marqué que je dois choisir est extraite de Luc chapitre 2, verset 14 : "… paix aux hommes de bonne volonté." (Verset complet : Gloire à Dieu au plus haut des Cieux, et, sur la terre, paix aux hommes de bonne volonté.).

Vérité Universelle

Voici un rêve initiatique que j'ai fait et qui m'a bouleversé.

Placard interdimensionnel

Je me réfugie plusieurs fois dans un placard pour voyager dans les dimensions et rejoindre le royaume des elfes. J'ai rencontré par le passé une elfe et je voudrais la revoir. Pour aller dans une autre dimension il suffit que j'imagine que l'angle entre deux murs n'existe pas une fois que je suis dans le noir et que je marche comme s'il n'y avait plus de mur.
Par trois fois j'arrive à gagner l'autre dimension.

Premier voyage : le monde des éléments

La première fois j'arrive dans une dimension désagréable qui ressemble à un monde de jeu de rôle avec des entités associées aux quatre éléments. Il y même des fées des eaux. Il y a une guerre entre les entités et les quatre représentants des éléments cherchent à pacifier cette guerre. Moi je suis dans un gradin et je mange une omelette baveuse avec les mains. On a partagé cette omelette en quatre et j'en donne une part à chaque autre personne. Toutefois ma part est énorme. Mais j'en mets partout pendant que je mange alors je me fais engueuler et on me dit de partir. Effectivement ça dégouline et j'en mets sur les autres et sur moi. Donc je m'en vais. Je suis obligé.
Je me retrouve dans mon Univers. En fait j'ai fait une crise de folie (je le comprends un peu plus tard). De retour à la maison je me retrouve avec mes parents. Je suis malheureux. Et je voudrais revoir ma copine l'elfe que je n'ai toujours pas revue. Je m'enferme de nouveau dans le placard qui est au fond d'un appartement que je ne connais pas dans la réalité. Je sens que les parents paniquent, il y a du remue-ménage et on veut m'empêcher d'entrer dans le placard. Il ne s'agit pas du même placard qu'avant et pourtant c'est le même car tous les placards se ressemblent.

Deuxième voyage : le donjon labyrinthe

Je retourne donc dans mon placard et je marche de plus en plus vite pour passer dans les autres dimensions. Je crois que je ne vais pas y arriver car croire qu'un coin de mur n'existe pas et passer à travers me semble impossible. Pourtant j'y arrive de nouveau mais cette fois ci je me retrouve dans un labyrinthe, un donjon de type Donjon et Dragon (jeu de rôle édité par TSR), et j'ai très peur. Je sens qu'un monstre va m'attaquer. Et effectivement un énorme monstre gluant vert m'attaque et m'en met partout. Je suis terrifié.

Troisième voyage : le paradis

Donc je dois revenir dans mon Univers avec plein de glue verte dégueulasse. Pourtant je repars quand même. Je me retrouve dans un jardin avec une foule de gens qui écoutent un maître, une sorte de bouddha. C'est un maître très sage.
Tous les gens que je rencontre ont pris sur eux mes traumatismes. C'est un genre de Paradis où les gens souffrent avec moi par empathie.
En fait dès que je suis arrivé ils ont pris en pleine volée tous mes traumatismes. Je suis triste pour eux et je me sens coupable. Nous sommes tous la même personne d'une certaine façon tout en étant différents. Cela me fait gamberger je crois.
Je vais avec un petit groupe de personnes très évoluées et on discute de ce que j'ai vécu.
Je suis en comité restreint. Je sais que je vais recevoir une Vérité Universelle. Je discute. Je rencontre un médecin. Je suis en train de prendre conscience de quelque chose et je demande à ce médecin assez âgé ce qu'est la schizophrénie. Il sourit comme si j'avais déjà tout compris.
Je réalise dans le rêve que je suis une sorte de néant enfermé dans un Trou Noir de Schwarzschild (objet astronomique issu de certaines théories physiques) qui connaît toutes les vérités universelles. Des humains du futur (les métahumains) s'approchent de moi en vaisseau spatial dans un lointain futur pour découvrir ces vérités et tout savoir. Je suis un Néant qui Sait Tout. Seulement je ne peux pas me voir moi-même. On me reproche de ne vivre que pour les autres personnes et de ne pas avoir d'existence propre ce qui est inévitable puisqu'en réalité je suis un Néant qui ne représente rien en réalité.
Je me fais la remarque qu'un humain ne peut se voir lui-même sauf avec un miroir. Un humain ne peut voir son œil pour la simple raison qu'un humain et sa conscience n'existent pas. L'humain est un Trou Noir, une sorte de Dieu-Néant qui crée la réalité autour de lui mais qui n'a pas de consistance et donc pas d'importance. Ce Trou Noir doit s'occuper des autres et de leur bien-être et seulement des autres. Pourtant, moi, j'ai l'impression d'exister et il n'est pas juste que personne ne doive s'occuper de moi. Même si je suis un Néant, un Trou Noir, un Dieu-Point sans Dimension mais qui sait tout et dont les métahumains se rapprochent en vaisseau spatial dans un lointain futur pour en découvrir l'Omniscience.
Un œil ne peut se voir lui-même. Un œil est comme un corps noir au sens physique du terme. Un corps noir est modélisé par les physiciens par une sphère avec un tout petit trou dont s'échappent de temps en temps un photon de longueur d'onde du corps noir et dont la longueur d'onde dépend de la température.
La température se mesure en Kelvin. Cette unité mesure une répartition de particules sur des niveaux énergétiques répartis selon une loi appelée loi de Boltzmann. La température est un logarithme du rapport statistique de particules entre deux ou plusieurs niveaux énergétiques. Une température est théoriquement toujours supérieure à 0 Kelvin. Je pense toutefois qu'elle pourrait être négative si on forçait statistiquement plus de particules à être dans un état supérieur à l'état de plus basse énergie (Etat d'énergie zéro).
Bref, pour simplifier, un œil est un corps noir qui émet des photons à condition que sa température soit supérieure à 0°K.
J'ai la conviction dans ce rêve de comprendre ce qu'est la schizophrénie. Je suis Dieu, je suis Omniscient, je peux tout savoir (dans le rêve évidemment). Mais il va falloir que je me réveille.

Le réveil

J'ai tout à coup très peur de ne pouvoir me rappeler de ce rêve. Je suis un Trou Noir qui doit ne s'occuper que des autres et je vais me réveiller. Mais je suis terrorisé car je crois qu'on va m'en empêcher. Je vois une momie de pharaon dont on enlève les rubans. Les anciens égyptiens voulaient l'immortalité comme ce Dieu Omniscient qui n'est autre qu'un Trou Noir.
Je crois alors que ce qu'il faut savoir c'est que chaque humain a un Trou Noir invisible au fond du cœur. Je pense alors que les adeptes de Krishna le savaient. C'est écrit dans la Bhagavad Gita. Il y a un point d'énergie infinie dans le cœur de l'humain et qui renferme son Dieu-Âme. Ce Dieu-Âme c'est comme un oiseau sur une branche qui observe en silence l'oiseau qu'est l'esprit et qui mange des fruits de l'arbre (les Fruits de la Connaissance ?).
Dans le film La Source, on comprend la triple superposition du passé, du présent et du futur.
Dans le passé, le héros du film qui est alors Conquistador chez les Mayas trouve la source de vie, d'immortalité. Il trouve cette source près d'un arbre immortel (référence à l'Arbre de Vie de la mythologie Nordique nommé Yggdrasil ou à l'Arbre de Vie de la Kabbale Hébraïque ?). En en buvant il se transforme en plante.
Dans le présent, Le héros veut soigner sa femme d'un cancer et cherche un extrait de plante du même arbre qui pourrait la sauver.
Dans le futur, il a trouvé la plante et voyage sur une sorte de météore avec cet arbre immortel grâce auquel il est aussi immortel. Il cherche à atteindre Shamballah, le Paradis, qui n'est autre qu'une étoile mourante, une future super nova. Il l'atteint presque lorsque l'étoile explose le tuant ou l'amenant on ne sait où.

Vérité Universelle

Une idée reçue comme la Vérité Universelle que j'ai captée dans mon rêve est "Pour se voir soi-même il faut dépasser la vitesse de la lumière".
Je pense qu'en théorie physique il est possible à une information de dépasser la vitesse limite de la lumière dans le vide si l'unité de temps se dilate par rapport à l'unité d'espace. Le rapport distance par rapport au temps ne vaudra alors plus C, vitesse de la lumière dans le vide, mais une vitesse supérieure.
Je crois que les morts vont vraiment au centre de la Galaxie comme l'écrit Bernard Werber dans Les Thanatonautes. C'est physiquement recevable car c'est le seul moyen de dépasser la vitesse de la lumière. Je m'explique. Au centre de la Galaxie, il y a un Trou Noir. Le Trou Noir est délimité par un horizon des événements. Au-delà de cet horizon où les lois de la physiques se perdent dans des valeurs infinies, les photons pourraient aller plus vite que la vitesse de la lumière. Exister dans un monde où les particules vont plus vite que la vitesse de la lumière est la définition de l'au-delà par Régis Dutheil dans son livre L'Homme Superlumineux. Un humain devient peut-être à sa mort un Homme Superlumineux.
Cela revient à cette histoire d'œil qui se voit lui-même, de corps noir modélisé par une sphère fermée et de dilatation de pupille car si la pupille se ferme les photons restent prisonniers. Or un Trou Noir ne peut plus libérer de photon.
Je remarque que Schwarzschild signifie "Bouclier noir" et Einstein signifie "Une pierre". Je suis convaincu que je dois ne pas parler de tout ça à n'importe qui. Mais cela doit se savoir au niveau humain.
Je viens de penser que casser le cordon d'argent équivaut à un Univers qui se coupe de son Univers parent. Car un Univers naît d'un Trou Noir. Il peut s'en détacher comme un fruit se détache de l'arbre.
Dans un texte que j'ai écrit, j'émets l'hypothèse qu'un Trou Noir renferme un Univers à part entière.

Bilan Catholique

Jésus est vraiment Dieu qui se sacrifie

J'ai pris conscience de nombreuses choses concernant la foi catholique. D'abord Jésus est vraiment l'incarnation de Dieu, le créateur de l'Univers. C'est une manifestation de cette force créatrice originelle. Si Jésus a souffert ce n'est pas pour cela que Dieu veut que les hommes souffrent. C'était un sacrifice nécessaire pour provoquer un changement au niveau subtil des énergies cosmiques. L'histoire de la descente aux Enfers et celle de la résurrection cherche à exprimer une transformation dans l'inconscient collectif qui a nécessité l'intervention de la force de création originelle. Dieu ne veut pas que les hommes ni ses créatures minérales, végétale ou animales souffrent. Mais Dieu lui peut souffrir car il a la force d'Amour infinie en lui.

L'âme, particule infiniment petite, concentrée d'information

Nous avons tous en nous une étincelle divine, une particule contenant des milliards de milliards d'informations, notre âme. Cette particule rayonne et donne naissance à notre corps. Le corps est le reflet de l'âme que nous avons. Cette âme est vouée à évoluer, changer, grandir, s'enrichir. Si elle a des "imperfections" il est normal que le corps en subisse les répercussions.
L'âme conditionne le physique, l'émotionnel, le mental, le spirituel. Il faut être équilibré. Il ne faut pas trop être dans le corps ni dans l'esprit.

Les catholiques ont subi une transformation de leur âme, cette particule énergétique et informationnelle. C'est comme si la particule était irréversiblement passée d'un état à un autre. Lorsqu'une âme évolue vers la foi et le catholicisme, il arrive un moment où elle est prête à recevoir "l'Esprit Saint". Cet Esprit Saint n'est autre qu'une énergie qui transforme l'âme, qui agit sur la particule animique changeant son état vers un état supérieur.
C'est comme lorsque l'hydrogène devient hélium. Il y a métamorphose en quelque chose de plus dense, plus concentré en énergie. Cela lui donne des facultés différentes et plus importantes.
C'est comme lorsqu'on passe du règne végétal au règne animal. Il y a une cassure nette de propriétés. L'âme des baptisés est différente de celle des païens qui ne sont pas prêts à recevoir l'Esprit Saint, cette énergie qui circule entre Dieu et ses créatures. Jésus a aussi reçu l'Esprit Saint lors de son baptême. Cette opération est nécessaire pour changer de niveau de conscience. Ceux qui sont baptisés à la naissance sont des âmes qui ont déjà effectué un bout de chemin vers Dieu. Ils peuvent devenir plus mauvais ou pécheurs ou dans l'erreur mais ils conservent toujours cette âme transformée en eux.

Ce qui doit être jugé ce sont les actes et non les êtres. Nous ne savons pas exactement qui nous sommes. Nous sommes bien plus que des consciences, que des identités que des personnalités, que des émotions ou que des corps. Nous sommes indéfinis et notre être profond siège au fond de la particule subatomique de l'âme. Il est possible que cette particule soit une particule de même type que le photon. Peut-être que la particule de lumière a la faculté de contenir une infinité d'informations mais que ce nombre d'information sans cesse croissant est limité à chaque instant. Il est impossible qu'une quantité de données soit infinie. Elle peut tendre vers l'infini mais ne peut jamais l'atteindre.

Dieu, source de l'âme

Dieu est la source de ces informations mais lui-même ne possède pas d'âme, il n'est pas une particule subatomique. Il réside dans le vide créateur source de toute chose. C'est pour cela que tout lui est possible. Dieu est le vide qui génère la donnée qui se déverse dans les photons animiques, dans la lumière de l'âme. Seulement cela ne veut pas dire que Dieu peut chambouler la création qu'il a déjà pas mal avancée. Il y a des lois physiques et spirituelles à respecter. Mais comme l'énergie de Dieu est infinie il peut provoquer des miracles c'est-à-dire des événements normalement improbables.
Tout est question de probabilités et en physique quantique on parle de fonction d'onde comme onde de probabilités d'occurrence. Il n'est pas possible de déterminer avec exactitude tous les paramètres de l'énergie. C'est le Principe d'incertitude d'Heisenberg. Le nom Heisenberg vient de l'allemand heide (gentil) et Berg (montagne). C'est donc le principe de la "gentille montagne". Tout comme Einstein veut dire "Une pierre". Il y a aussi le rayon de Planck qui découle de ce principe. C'est la plus petite unité d'espace observable dans notre Univers matériel. Rien n'empêche que l'âme s'y trouve puisque Dieu est carrément le vide, le zéro, l'absence de dimension, d'étendue.

Dieu est Amour

Un autre principe important est le principe de l'Amour. Il faut respecter son corps et son esprit. Il faut s'aimer soi-même tel qu'on croit être et apprendre à se connaître vraiment.
La Foi est une question d'interprétation. Là où quelqu'un voit un stupide pigeon qui vole, je vois une colombe symbole de paix et d'Esprit Saint. Tout réside dans la façon dont on interprète les choses. C'est purement subjectif car la vérité est profondément enfouie en nous, dans notre âme. Il ne faut pas absorber bêtement la vérité qu'on nous enseigne mais l'assimiler, la faire nôtre.

Comme l'Univers intérieur s'exprime en nous (il se manifeste dans notre for intérieur) l'Univers extérieur s'exprime en nous (il nous aborde depuis l'environnement proche). Ainsi il faut être capable d'éveiller cette émotion d'amour, cet élan qui nous attire vers les autres et nous donne envie d'aller vers eux et de leur faire plaisir. Car l'amour n'est pas seulement quelque chose d'éthéré et de conceptuel. Il s'ancre dans le corps, dans les humeurs, dans le désir et le plaisir. Il ne faut pas séparer Agape, Philia et Eros même s'il semble s'agir de choses différentes. Il faut fusionner ces trois pulsions dans le même Amour. C'est un progrès que de traduire Agape, Philia et Eros par Amour.

Et Dieu est aussi Humour. Dieu réside dans les choses simples. C'est une erreur que de vouloir tout compliquer, de vouloir juger, justifier. Il ne faut pas se prendre au sérieux ni croire que la valeur des choses est absolue. Il n'y a pas de Beau de Bien de Vrai absolus. Ce sont des valeurs qu'on attribue aux choses en regard d'autres choses. Et les choses sont toujours changeantes tout comme un être évolue sans cesse.
Même un caillou voit sa particule animique s'enrichir sans cesse. Le caillou est la manifestation de Dieu et il échange de l'information avec nous via la particule photonique subatomique de son âme. C'est pourquoi la lithothérapie fonctionne. Il n'y a pas d'influence physique scientifiquement démontrable du minéral mais je suis persuadé que l'âme de la pierre qui serait une toute petite particule concentrée d'informations communiquerait avec notre âme qui serait également une toute petite particule chargée d'information. Particule évidemment d'une nature différente entre le minéral et l'humain.

Tout est vibration

La Mort permet à l'être de changer d'état. C'est un mal nécessaire. Tout dans la nature est fait de cycles, d'éternels recommencements. Toute énergie se transforme de façons diverses sans jamais disparaître. Pour moi le vide renferme l'infini potentiel. C'est là que réside Dieu. Il est inaccessible. Car la mort n'est pas l'anéantissement. Pour preuve, à la mort, le corps ne se désintègre pas. Il retourne à ses éléments constitutifs, à la terre, l'eau, à l'énergie thermique et à l'air. Tout n'est finalement que vibration, même le temps.
Tout est rythme et dualité. Comme lorsque le cœur bat pour donner la vie. Il ne peut être à la fois en compression et en détente. La dualité homme-femme tient du même principe. Ce sont des pôles opposés qui ne peuvent coïncider que dans la neutralité ou le silence. Mais neutralité et silence sont généralement que la matrice des polarités opposées et de la vibration sonore. Ce sont des supports à la dualité, à la pulsation.

Un Dieu néant-infini qui recherche l'équilibre de sa Création

Il est impossible de se fondre en Dieu car Dieu est le néant-infini, le potentiel sans borne. Pourtant Dieu est animé d'intentions car il a une intelligence. Dieu n'est pas un magma chaotique. Lorsqu'il s'approche d'un être, ne serait-ce que l'Univers dans son ensemble, il se colore des tendances de cet Univers. Ainsi si je suis animés de pulsions malsaines Dieu ne peut que se plier à ma coloration et tenter de la ramener vers un point d'équilibre plus en phase avec mon environnement.

Dieu ne veut pas forcer les choses. S'il accomplit des miracles c'est seulement parce que je le veux bien et que je suis prêt à opérer la transfiguration des énergies qu'il me déverse. C'est en étant ouvert à toute opportunité et à toute possibilité que l'on permet à l'information et à l'événement de subvenir aussi improbables semblent-ils. Si on doute de quelque chose ou qu'on croit détenir la vérité, Dieu ne peut enseigner quelque chose de nouveau. Pourtant tout est possible à Dieu car toute information peut devenir vraie en la faisant coller à la réalité en dépensant ce qu'il faut d'énergie.

Je crois que même un événement passé peut être modifié car selon le principe d'Heisenberg on ne peut tout fixer de manière irrémédiable. Il y a une part obligatoire d'incertitude qui autorise le miracle, la transformation des liens de cause à effet. Le Karma n'est pas la Fatalité. Dieu peut composer avec le Karma comme un artiste et effacer une liste d'erreurs, de péchés comme on efface une ardoise. L'oubli est un mal nécessaire qui autorise l'improvisation de Dieu. Cela ne veut pas dire qu'il ne faille pas respecter certaines règles élémentaires car Dieu veut bien ramener des extrêmes vers leur point d'équilibre par exemple comme le trop bien et le trop mal, mais il doit parfois le faire au détriment d'autres êtres et comme il ne veut pas faire souffrir il préfère amortir la vibration en la transformant en une autre forme d'énergie. Ainsi un excès peut conduire à la mort par soucis d'économie d'énergie réparatrice. Ce n'est pas une punition mais une juste transformation.

La vie supporte mal les excès. C'est pour cela que si on expose un être vivant à trop de chaud ou trop de froid, il meurt c'est-à-dire se transforme en une autre sorte d'énergie. C'est dommage mais ce n'est pas grave. De même la maladie est seulement la marque d'un déséquilibre dans l'harmonie entre le corps, l'âme et l'environnement. Pour éviter la maladie il faut se rapprocher de Dieu qui réside dans l'environnement pour comprendre comment harmoniser son corps avec son âme. Car le corps est un ensemble de pulsions de nature spatio-temporelle, de nature matérielle tandis que l'âme est un ensemble d'informations, de données abstraites qui peuvent dire absolument tout ce qui est possible, sans limite morale ou logique. L'âme se rit des paradoxes, de l'espace et du temps mais le corps n'est pas capable de ces prouesses. C'est pourquoi il faut arriver à équilibrer les deux en étant ni dans le matérialisme ni dans le symbolisme pur.

Jour de mon Baptême

Sourate mariale du Coran

Je décide d'ouvrir le Coran de ma table de chevet à une page au hasard. C'est une technique de pseudo-divination. Je tombe sur la sourate Marie (Suratu Maryam) n°19 verset 45 : "Ô mon père, je crains qu'un châtiment venant du Tout Miséricordieux ne te touche et que tu deviennes un allié du Diable".
Cette sourate parle de Marie et de la conception virginale du Christ par Marie. Je n'ai pas compris tout de suite en quoi le verset de cette sourate m'était destiné. Maintenant je comprends que Marie et le Christ sont des réalités même pour les musulmans.
Des passages qui parlent de Marie il n'y en a pas beaucoup. Alors j'y vois un signe très clair. En outre j'ai compris après le Baptême que j'étais lavé de tous mes péchés et donc il est vrai que j'ai à craindre de céder à la tentation du Diable.
Il m'est arrivé de demander à Satan pourquoi il hait tant les humains et je crois comprendre ses raisons. A un moment j'ai cru qu'il n'était pas une "mauvaise entité" mais que toute entité avait sa raison d'être. Satan est mauvais pour l'homme mais il n'est pas le Mal absolu. Tout est relatif. Comme je suis un humain je dois ne pas le côtoyer c'est tout, tout comme je fais attention de ne pas manger des substances empoisonnées. Car une plante vénéneuse est moralement neutre, elle est seulement dangereuse pour ma survie ; cela n'en fait pas quelque chose à éradiquer avec ressentiment car elle est nécessaire à l'équilibre de l'écosystème. Cela veut donc dire qu'à la fin des temps Satan ne sera pas détruit. Il sera seulement définitivement coupé de l'humain qui n'aura plus à subir son influence quand celle-ci est une nuisance.

Commencement de la célébration

Le moment du Baptême à l'église arrive. Le feu est allumé à l'extérieur et le vent souffle menaçant de brûler la chorale qui chante. Le feu ne me menace pas même si j'en ai un peu peur. J'ai le vent dans le dos. Le cierge pascal est allumé après que la flamme du cierge servant à l'allumer a été bénie par le prêtre.
Après que le cierge ait été allumé, un officiant le transporte dans l'église qui est plongée dans la pénombre. Des cierges sont allumés à partir de ce cierge pascal par les fidèles. Les catéchumènes n'ont pas encore de cierge à ce moment-là. Un ténor chante avec les fidèles. Au début je n'ose pas trop chanter puis, quand je crois entendre quelqu'un du premier rang me le reprocher, je me lâche. Après tout il faut bien assumer au moins aujourd'hui !
Les cierges sont éteints. Des lectures sont faites puis une homélie. Il y a une litanie des saints. Les lectures me parlent particulièrement. Il faut dire que j'ai lu jour après jour un livre décrivant les messes et leurs lectures se déroulant durant le Carême.
J'ai remarqué pendant certaines messes que quand on parle des défunts ma main droite est parcouru d'un courant glacé. Je sais que les morts se manifestent pas des courants d'air froid assez significatifs. Cette fois-ci je constate que ma main droite est glacée (pas ma main gauche, j'ai bien vérifié à ce moment-là). Il y a comme un courant froid qui pénètre dans mes doigts.

Illumination

Alors que j'écoute les lectures et l'homélie, je comprends une sorte de concept bizarre qui dit que durant la cérémonie un pont se fait entre le présent et l'époque où Jésus a été crucifié. Il y a une sorte de trêve mystérieuse où le temps n'existe plus. C'est complexe à expliquer. En fait il n'y a qu'un éternel présent. Lorsqu'on meurt on pousse aussitôt le premier cri des nouveaux nés du monde entier. Jésus est là, présent, il forme un corps vivant en chaque être humain qui accepte de le recevoir. Cela tient de la science-fiction. Je n'ai pas le sentiment d'un ésotérisme New Age un peu fumeux. J'ai l'impression que tout ce qu'on raconte chez les catholiques est vrai en ce qui concerne le message de Jésus.
Des milliards de portes s'ouvrent dans ma tête et je crois comprendre une foule de choses mystérieuses. Je pense tout haut : "Je ne veux pas tout comprendre tout de suite !"
Voici tout de même ce que je retiens.

        Illusion du temps

Le temps qui passe est une illusion. Je suis vivant et bientôt mort. Mais la mort est une renaissance, une résurrection. Je vais me fondre dans les corps de tous ceux que j'aime dans ce monde. Et plus j'aimerai, plus j'engloberai de gens dans ma nouvelle conscience. C'est un peu comme une forme de réincarnation sauf que ce n'est pas aussi caricatural qu'on le raconte au sujet des croyances bouddhistes. D'ailleurs le mot réincarnation est une traduction plus ou moins infidèle du mot sanskrit qui signifie plutôt "renaissance". Renaissance, réincarnation, résurrection… On ne va pas chipoter sur les mots. Les ancêtres sont parmi nous et chaque humain perdurera pour l'éternité, au moins ceux qui sont baptisés. En me sauvant moi-même, je sauve une foule d'esprits qui constituent mon bagage inconscient, mon au-delà.

        Religions

Les musulmans croient en la Sainte Vierge et en Jésus comme je l'ai lu dans le Coran ce matin. Tout est une question d'incompréhension et de mauvaise foi. "Mauvaise foi" dans le sens de brouillage volontaire de la perception des choses plutôt que croyance moralement inacceptable. Dieu parle à travers tous les hommes de bonne volonté, c'est-à-dire sincères et honnêtes dans leur cœur.
Les guerres de religion n'ont aucune raison d'exister car finalement il n'y a qu'un grand Tout qui au niveau humain est le Christ ou Dieu qui sont intimement unis et indissociables dans l'Esprit Saint. Jésus est l'Homme, le Fils et chaque être humain procède de lui, à la ressemblance de Dieu. Le seul véritable péché est de se couper de cet Homme qui ne veut qu'être nous-même.

       Unité de Dieu en l'être humain

Seulement, Homme ou Femme, c'est pareil. Dieu n'a pas de sexe tout en ayant les deux. Dieu est Père et Mère. Jésus a une apparence et un corps masculins mais il n'a pas de père biologique donc il est un mystère car comme chacun sait le chromosome Y vient du père. Je ne veux pas avoir l'impression de disséquer Jésus comme un laborantin froid et inhumain. Mais Jésus sur la croix signifie pour moi le Messie cloué en Y sur la croix (X). Si la 23ème paire se nomme X et Y cela n'est pas un hasard.
Tout ça pour dire que Jésus est présent aussi bien en l'homme qu'en la femme. La Vie est sans âge et enfants, adultes ou vieillards nous formons une seule grande famille tout comme les cellules constituent le temple du corps, chaque humain renfermant tout le message (le Verbe) de Jésus comme les chromosomes renferment tout le message de l'œuf unicellulaire originel. La jeunesse, la vieillesse ne sont que des apparences. Cela ne veut pas dire qu'elles ne sont pas réelles. J'ai compris que mon corps pouvait être fragile tout comme mon esprit peut l'être. Mais il ne faut pas craindre la mort ou la folie car ce ne sont que des passages (origine du mot Pâques).

       Souffrance

Il faut savoir prendre sur soi un peu de la peine des autres. Jésus qui est Dieu Créateur du Ciel et de la Terre a tout pris sur lui pour que ce ne soit plus la peine de le faire. Rien ne sert d'être maso. Toute souffrance est une souffrance qu'on épargne à quelqu'un d'autre. Jamais Dieu ne nous infligera de souffrance intolérable.
Ceux qui se suicident vivent une forme de souffrance qui perdure dans l'au-delà. Mais cela reste un Chemin de Croix. C'est un juste sacrifice que l'humain fait dans son libre arbitre.
Dieu n'est jamais injuste. Et il est toujours là au bout du chemin et à chaque étape de notre parcours. Jésus nous porte parfois quand c'est trop dur. Il sait ce qu'est l'injustice et la souffrance alors il est toujours de bon conseil, lui qui a souffert plus que quiconque par amour de ses enfants, frères et sœurs, lui qui est vraiment Dieu et vraiment Homme même si son origine (sa conception) est un mystère. Encore faut-il accepter de s'ouvrir à lui pour le recevoir comme il vient.

Baptême et Onction

Pour revenir au Baptême je suis arrosé d'eau bénite et je suis oint devenant enfant de Dieu, et comme on dit à ce moment-là "prêtre, prophète et roi". Je revêts l'aube blanche.
Je communie pour la première fois et je retourne devant ma chaise, restant debout, observant les gens qui communient. Puis je m'assieds.
A ce moment-là se met à jouer une violoniste qui joue merveilleusement bien. C'est une musique de JS Bach, mon compositeur préféré. Je serre les poings pour ne pas pleurer tant l'émotion est forte. Ce n'est pourtant pas la première fois que j'entends cette interprète jouer ce morceau !!! Je ne veux pas passer pour une lavette devant les deux jeunes femmes baptisées qui ne pleurent pas. J'ai l'impression qu'une pluie d'énergie se déverse sur moi du toit de l'église. Je me sens littéralement enveloppé d'amour. Je me dis que je suis à ma place et c'est le moment que j'attendais de tout temps. Comme si j'en avais toujours rêvé depuis ma naissance et que beaucoup de mes problèmes viennent de ma séparation du Christ qui n'est autre que "Je suis", Yahvé. Ai-je achevé quelque chose aujourd'hui ? Je crois plus tôt que ce n'est que le début. A presque 40 ans, il est temps de m'éveiller et de commencer à vivre. Vraiment…

Séparation d'avec Dieu

On reproche à Lucifer de s'être détourné de Dieu et par orgueil de ne pas le reconnaître et se targuer d'être comme Dieu. Michael, l'archange Michel, pose la question "Qui est comme Dieu ?". C'est ce que signifie son nom en hébreux. Diabolos en grec signifie "qui désunit, qui divise". Tout ramène à la désunion d'avec Dieu qui est l'Eternel Présent, Néant-Infini Créateur de Toute Chose.
Nous préférons nous attacher à notre corps de souffrance (par opposition au corps énergétique, au corps de gloire qui est notre corps réel). Nous préférons nous identifier à nos émotions, sources de plaisir et de douleur, car les deux sont indissociables. Nous préférons nous attacher à notre mental, ce singe fou qui, piqué par un scorpion, s'agite sans fin entre passé et futur sans jamais se poser dans le présent, le réel.
Pourtant l'Apocalypse, la Révélation est là, ici et maintenant, à chaque instant. Le corps de souffrance, les émotions, la personnalité sont des formes passagères soumises à l'impermanence. Ce sont des illusions. La réalité vraie est dans le présent. Elle est insaisissable mais réelle. Ce qu'on reproche au Diable finalement c'est ce que nous faisons tous les jours à chaque instant.
Quand je dis que je suis le Diable je me trompe de peu car je ne suis pas relié à Dieu en permanence comme c'est le cas pour les minéraux, les végétaux et les animaux.
Pourtant je crois que le Diable n'existe pas vraiment car il est impossible d'être séparé de Dieu en permanence. Le Diable mesure cette propension de l'être humain à se croire "comme Dieu" plutôt "qu'à son image". Et la motivation d'une telle désunion est l'égoïsme ou l'orgueil. L'égoïsme c'est la croyance en un "moi" séparé du reste du monde. L'orgueil c'est la croyance en un "moi" uni au reste du monde mais d'importance supérieure. Même une personne ayant un complexe d'infériorité fait preuve d'orgueil car elle croit ne pas être mise à la même enseigne que les autres.

Je crois pouvoir éliminer mes maladies en les confiant à toutes les mouches de la Terre car pour moi les mouches sont "impures" tout comme les porcs le sont pour les Juifs. Cela me ramène à Belzébuth, Seigneur des Mouches. Mais je ne crois pas que ce soit la bonne solution. Car Belzébuth est Baal-Zebul, le "Maître des Princes", changé improprement en Baal-Zebub, le "Seigneur des Mouches".
Ce Seigneur c'est en réalité Dieu déformé par la haine du Mal qui naît de l'inconscience humaine. Car le Mal n'existe pas. Le vrai Mal est Diabolos, Division, Désunion. Il consiste seulement à être séparé de Dieu source d'Amour, de Vérité et de Paix. Et le seul moyen pour subir cette désunion est de se séparer du Présent, du Réel pour fuir dans l'Illusion du passé et du futur. C'est pourquoi le Premier Commandement est "Un seul Dieu tu aimeras et adoreras parfaitement." C'est sur lui que tout repose. Le reste explique comment faire mais pourrait se résumer par "Sois réellement présent à Toi-même et au Monde comme à Dieu."

Confirmation

J'ai tout essayé en matière de croyance. J'ai assisté à des "réunions" mormones, protestantes, bouddhistes, orthodoxes, évangélistes. J'ai même discuté avec un adepte de Lilith aux rituels sexuels douteux. Je m'intéresse au Tarot, à l'astrologie, à la théurgie, à la médiumnité.
Tous les "cultes" ont leur intérêt mais j'ai choisi l'Eglise Catholique et ses "dogmes".
Les Mormons ont le tort d'avoir réécrit une Bible. Les Protestants m'ont jetés comme un pestiféré car j'ai raconté que je faisais de l'écriture inspirée. Ils ont crus que j'étais missionné par des spirites. Les Bouddhistes m'ont déçu car la réflexion était très limitée contrairement à la récitation de prières en sanskrit qui ne me parlaient pas. J'ai visité un temple bouddhiste près d'Avène et le récit des 1 000 Bouddhas (avec chacun leur statuette) qui s'incarnent au cours de l'Histoire de l'humanité m'a beaucoup plu. La liturgie orthodoxe est interminable. Enfin le culte évangéliste pentecôtiste est trop "spécial" pour moi. Quant à l'ésotérisme je préfère maintenant le trouver dans la nature et l'humanité.

Vient enfin la célébration de la Confirmation.
L'assemblée des officiants tous vêtus de rouge est très impressionnante. Les chants sont très beaux et sur le fond de l'Eglise il y a trois cerfs-volants colorés qui représentent le Baptême, l'Eucharistie et la Confirmation.
Les confirmands reçoivent l'Esprit Saint. A ce moment-là un souffle de ventilateur dans le dos m'enveloppe et je trouve cela fort à propos. Pendant la procession chrismale j'ouvre mes chakras même si je ne sais pas si c'est une bonne idée. Au moment où je reçois le Saint Chrême, l'Evêque me dit un truc du genre : "Que ta confirmation soit un exemple pour les autres !"
Je suis choisi avec d'autres pour apporter les offrandes à l'Evêque. Nous allons au fond de l'Eglise. Je reçois d'abord la coupe avec les hosties et je me sens rassuré car je ne voudrais pas porter le calice avec le vin. Mais Dieu en décide autrement. On m'enlève la coupe des mains pour la donner à une femme derrière moi. Et on me donne un calice "rempli à ras-bord" avec un linge posé dessus. Je dois poser la main droite dessus le linge. Je stresse beaucoup d'autant plus qu'une dame, en prenant l'autre calice, renverse sur le linge et sur ses mains une bonne dose de vin de messe. Je sens que je suis mis à l'épreuve. Une femme avance avec une coupe et devrait rester à mes côtés mais, agacée par la lenteur de mon pas, elle court rejoindre les processionnaires qui ont de l'avance. Moi je tiens bon. J'avance lentement. Quand je remets le calice à l'Evêque, avec un large sourire, je suis stupéfait par la précaution et l'amour avec lequel il prend le calice.
Après la Communion, je retourne à ma place. Alors je ne sais pas ce qui me prend mais les chants m'envahissent d'autant plus que la procession dure longtemps. Je me mets à pleurer sans pouvoir m'arrêter. J'ai de la morve qui coule et je n'ai pas de mouchoir. Je sais que c'est pathétique d'autant plus que je n'écoute pas ce qui est chanté. J'ai retrouvé le début des paroles sur le papier qu'on nous a donné :

Ecoute la voix du Seigneur, Prête l'oreille de ton cœur
Qui que tu sois ton Dieu t'appelle, qui que tu sois il est ton Père

L'émotion est très forte. Je me dis que j'ai gâché de longues années de ma vie avant d'en arriver là. Mais je tremble de haut en bas tandis que je chiale lamentablement. Je ne pense même plus que cela va se voir plus tard.
La célébration se termine.

Conclusion

Je suis persuadé que toute cette histoire n'est que le commencement d'une longue aventure dans la vie spirituelle.
Tout a commencé avec une première messe. C'était le premier pas vers Dieu. Ensuite un baptême dans ma famille a servi de catalyseur à mon propre baptême.
J'ai énormément de chance d'avoir été baptisé par un prêtre exceptionnel. Il est ouvert au dialogue, tolérant, innovateur, dynamique et philosophe. Je ne regrette pas mon errance entre les différents mouvements de spiritualité. Je pense avoir bien choisi.

Reste la question de l'après-vie. J'ai longtemps adhéré à la croyance de la réincarnation. Je crois maintenant que l'âme du baptisé devient comme un joyau, un nouvel atome qui n'est pas voué à la désagrégation en ses éléments constitutifs. Le baptême cristallise définitivement l'âme qui à la mort du corps atteindra un niveau spirituel par-delà l'univers matériel que nous connaissons actuellement. Rien n'exclut que l'âme des incroyants puisse renaître dans une forme matérielle. C'est peut-être cela la menace de l'Enfer ou du Purgatoire.
En tout cas je suis persuadé qu'un croyant est sauvé de la corruption de la chair. Il est voué à revêtir son corps de gloire et à ressusciter tout comme l'a fait Jésus. Dans le monde spirituel le temps n'existe pas du moins pas tel que nous le connaissons ici-bas. Ainsi, la Fin des Temps désigne peut-être seulement la mort du corps qui nous projette hors de notre monde. Dans l'au-delà, passé, présent et avenir se rejoignent comme dans l'inconscient et dans les rêves. Et le Jugement Dernier coïncide sans doute avec la mort de chaque être, la véritable Fin du Monde n'étant que la mort de l'Univers. Cette Apocalypse n'est que le point final dans lequel tout être se fond rejoignant le Royaume Eternel de Dieu.
Mais ce point final n'est que la contraction infinie dans le néant d'un immense cœur en pulsation voué à renaître sans cesse tel un Phœnix immortel. Tel est l'enseignement de la cosmogonie hindoue qui estime qu'un siècle de Bramah dure près de 20 000 fois l'âge estimé actuel de notre Univers, cet âge correspondant tout de même à 15 millions de millénaires.
Je ne sais pas si ce texte sera lu un jour mais j'espère que ce témoignage servira de support à la Foi de ceux qui en prendront connaissance. Puisse le Père, le Fils et le Saint-Esprit donner la paix à notre temps.